Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Position de l’Autorité - " Mouscron en colère "

Position de l’Autorité - " Mouscron en colère "

Demande du collectif « Mouscron en Colère »

de manifester le samedi 29 février 2020

en vue de solliciter la fermeture du Refuge

– Position de l’Autorité –

Point presse du vendredi 07-02-2020

 

 

 

Le 31 décembre 2019, l’Administration communale de Mouscron a réceptionné la demande introduite par le collectif « Mouscron en Colère » d’organiser le samedi 29 février 2020 une manifestation sur le territoire mouscronnois pour la fermeture du centre FEDASIL « le Refuge ».

En parallèle à la demande introduite, nos services ont rapidement été informés de l’animosité qu’engendre, sur les réseaux sociaux, dans le quartier du Tuquet et au sein de la population en général, l’appel au rassemblement pour cette manifestation.

 

En sa séance du 07 janvier 2020, le Collège communal a décidé de refuser la manifestation sollicitée.
Informé de ce refus, l’organisateur a repris contact avec l’Autorité afin d’être entendu.

Une rencontre s’est donc tenue le mardi 28 janvier 2020 en présence de Mme la Bourgmestre Brigitte AUBERT, les représentants de la police locale, le service Sécurité intégrale et l’organisateur.

Lors de cette rencontre, l’organisateur a pu faire part de sa motivation à organiser une telle manifestation, et notamment le mécontentement de certains riverains quant au fonctionnement du Refuge et certains incidents survenus dans le quartier. Le collectif, par la manifestation envisagée, souhaite qu’un signal fort soit envoyé aux décideurs afin que la fermeture du Refuge soit envisagée. Par ailleurs, le collectif remet également en question la politique migratoire européenne actuelle et souhaiterait que celle-ci soit revue.

 

Dans le respect des considérations idéologiques de chacun, l’Autorité, lors de cette rencontre, a pu rappeler les nombreuses démarches mises en place par la Ville et ses partenaires afin d’optimaliser l’intégration du Refuge dans la dynamique de quartier au sein du Tuquet et au sein de la population en général, ainsi qu’afin de faciliter la communication avec la direction du Refuge et avec les riverains. Rappelons, entre autres, la visite de la Ministre Maggie De Block qui s’est tenue le 17 octobre 2019, la constitution d’un Comité des Riverains mais aussi de groupes de travail thématiques qui se réunissent mensuellement. En outre, une ligne téléphonie (056/860.244) et une adresse mail (Y29taXRlcml2ZXJhaW5zcmVmdWdlQG1vdXNjcm9uLmJl) sont à disposition des citoyens qui souhaiteraient faire part d’éventuelles difficultés rencontrées avec le centre FEDASIL.

L’organisateur a été invité à diffuser cette information au sein du quartier et à faire parvenir à l’Administration un inventaire des problématiques remontées par les membres du collectif « Mouscron en Colère » afin que ses services puissent y accorder le suivi nécessaire.

 

Tenant compte de cette rencontre et de l’analyse de risques réalisée par les services de police au sujet de la manifestation sollicitée, le Collège communal, en sa séance du 03 février 2020, a décidé de confirmer son refus de voir la manifestation se dérouler sur le territoire mouscronnois.

 

L’installation d’un centre d’accueil pour demandeurs d’asile impacte sans conteste le paysage du quartier du Tuquet, la vie de la population locale et celle de la Commune en général.

L’Autorité locale ne reste évidemment pas sourde aux doléances des riverains du Refuge et citoyens mouscronnois qui seraient directement confrontés à l’une ou l’autre difficulté en lien avec le fonctionnement du Refuge.

Dans ce contexte, l’Autorité locale souhaite insister sur sa disponibilité et sur la collaboration optimale entre Fedasil, l’Administration communale et les services de sécurité afin de garantir l’équilibre entre les différents intérêts et en vue de traiter toute doléance avec le suivi qui s’impose.

Tout est mis en œuvre pour assurer l’équilibre de vie que chacun est en droit d’attendre.