Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Mes loisirs / Tourisme / Château des Comtes
Table des matières
Actions sur le document

Château des Comtes

Présentation

Le Château des Comtes, emblème de la cité, a fait l’objet d’un vaste projet de restauration et de réaffectation touristique.

Les dépendances accueillent un Centre Marcel Marlier consacré à la vie et l’œuvre du célèbre illustrateur herseautois papa de Martine. Cet espace est résolument ludique, participatif et interactif. Le Château des Comtes devient donc bientôt une attraction incontournable de Mouscron et pour la découverte de la Ville.

Chateau des Comtes

Histoire

Le site actuel du Château des Comtes était au 15e siècle le siège du fief des Ramées, lui-même dépendant de la Seigneurie de Mouscron, une propriété de la famille de la Barre depuis 1332.

La première fortification a été édifiée par Oste de la Barre dans le deuxième quart du 15e siècle. Lorsque qu’en 1430, ce dernier confisque le fief pour non paiement de la rente seigneuriale et le réintègre à la seigneurie de Mouscron, les documents relatifs à cette confiscation ne mentionnent qu’une métairie entourée de douves et de jardins. Mais dès 1433, au décès d’Oste de la Barre, son fils Cornille hérite d’une « fortreiche ». Il s’agit d’une large enceinte rectangulaire pourvue au nord d’un donjon de belle taille. Un corps de logis est ensuite adjoint à l’ensemble dans la première moitié du 16e siècle.

Plan de 1061

Les bâtiments subirent ensuite de nombreuses extensions et modifications à travers les siècles. Dans la première moitié du 17e siècle, le château, alors aux mains de Ferdinand de Liedekercke, connaît son extension maximale avec l’adjonction de deux nouvelles ailes au sud et au nord du corps de logis. Comme l’illustre la gravure publiée dans le Flandria Illustrata d’Antoine Sanderus, il devient un lieu de résidence entouré de jardins à la française. Cependant, dès la deuxième moitié du 17e siècle et au 18e siècle, le château perd de sa superbe. Le corps de logis perd ses deux ailes.

Gravure bâtiments

Au milieu du 18e siècle, alors propriété de la famille d’Ennetière, le Château connait une nouvelle phase de grandes transformations en vue de le mettre au goût du jour. La façade est réédifiée en style tournaisien tandis que les salons adoptent la décoration Louis XV. Avec le départ des d’Ennetière à Tournai et à Houtaing, les bâtiments du corps de logis sont désaffectés et se réduisent année après année. En 1801, l’ancien donjon s’écroule lors de sa démolition.

Au 19e siècle le site est vendu à la famille Six-Glorieux de Mouscron et devient le centre d’une exploitation agricole.

Face à la haute cour, la basse cour a été presqu’entièrement rebâtie à l’extrême fin du 17e siècle, voire au début du 18e siècle. La remise à carrosses a été transformée en brasserie au 19e siècle et une pompe éolienne est même installée en 1900 au milieu de la cour pour les besoins brassicoles. Elle est démolie en 1965. Au nord ? une aile perpendiculaire à la grange servait d’étable et d’écurie. L’ensemble est resté à usage agricole jusqu’en 1961.

Le vieux château

Quelques faits

1430 Occupation du fief des Ramées par les de la Barre et construction d’une première fortification

1516 Festoiement du roi lors du passage du roi de Castille, le futur Charles V

1575 Renforcement des fortifications

1579 Les Gueux s’emparent du château et l’occupent trois mois avant d’en être délogés par les Malcontents

1627 La Seigneurie de Mouscron est érigée en Comté au profit de Ferdinand de Liedekercke

1645-1658-1667-1674 Les paysans se réfugient au château

1674 Les fortifications du château sont renforcées

1683-84 Les troupes françaises occupent le château

1708 les paysans se réfugient au château

1750 Les salons sont décorés en style Louis XV

1898 La famille Oultremont vend le château et ses dépendances à la famille Six-Glorieux

1914-1918 Occupation du château par les troupes allemandes

1945 Classement du corps de logis comme monument par la Commission des Monuments et Sites

1961 Acquisition du site par la Ville de Mouscron

1969 Cession du site à l’Etat belge

1973 Classement des dépendances et abords en site par la Commission des Monuments et Sites

1977-1979 Travaux de restauration extérieure du corps de logis

1990-1998 Rachat par la Ville de Mouscron de l’ensemble du site

Patrimoine

Le Château des Comtes est l’élément patrimonial majeur de la Ville. Il est le seul représentant de l’architecture civile monumentale antérieure au 19e siècle.

Le site bénéficie d’un double classement : le corps de logis est classé comme monument par Arrêté Royal du 30 octobre 1945 et les dépendances et les abords sont classés comme site par Arrêté Royal du 22 janvier 1973. Ces dispositions garantissent une protection patrimoniale.Ce qui impose que le projet de restauration initié par la Ville de Mouscron en 2000 est réalisé en concertation avec le Service du Patrimoine du Service Public de Wallonie et la Commission Royale des Monuments, Sites et Fouilles. Il vise à redonner au site sa physionomie du 17e siècle.

Les dépendances datant du début du 18e siècle ont fait l’objet d’une première phase de travaux en 2009-2010. La restauration de l’ancienne grange et la reconstruction de la remise à carrosses en matériaux contemporains offrent un très bel effet et contrastent avec le triste état précédent.

Promenade

Afin d’offrir un espace de détente agréable à proximité du centre de la ville, les abords du Château bénéficient d’un projet d’aménagement paysager d’inspiration champêtre en conformité avec la vocation agricole historique du site.

Ce projet prévoit la création d’une promenade périphérique pour faire découvrir toutes les façades du logis et des dépendances, la réalisation de plantations de type pré-fleuri et arbres fruitiers ainsi que la remise en eau des douves. Cette promenade doit être agrémentée de panneaux didactiques sur l’évolution du bâti de même que de pontons pour l’observation de la faune et de la flore.

En collaboration étroite avec la Cellule environnement de la Ville, divers travaux ont été exécutés : le sentier en dolomie, les pontons d’observation de la nature, les panneaux relatif au patrimoine, la plantation du verger et l’aménagement d’une pâture pour l’éco pâturage.

Fouilles archélogiques et étude du bâti

Le corps de logis du Château des Comtes et ses abords directs ont fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles afin d’appréhender l’évolution architecturale et le développement des bâtiments depuis le 15e siècle. L’étude de l’iconographie du site permettait en effet d’envisager un château de grande importance mais qui a subi de nombreuses transformations au fil du temps.

En octobre 1966, les bénévoles de l’asbl « Les Amis du Château » ont entamé des sondages à la hauteur du pont qui reliait la basse cour à la haute cour ainsi qu’au pied du donjon Aucun document n’a été conservé et les sondages ne peuvent pas être localisés précisément.

En 1981 et 1982, deux campagnes de fouilles ont été entreprises sous la direction du Service SOS Fouilles de la Communauté français. Elles ont permis de mettre à jour les fondations du donjon, du mur de clôture devant le logis, du pont ainsi que des soubassements de la tour sud-ouest.

Les fouilles de 1981

Et finalement deux importantes campagnes menées en 2002 et 2003 en collaboration avec le Service Public de Wallonie entrent dans le cadre des études préalables au projet de restauration et de réaffectation du site. Il s’agit d’une étude préventive à l’emplacement de l’ancienne aile nord et sud et d’une étude du bâti du corps de logis.

Les fouilles de 2002

Les données issues de différentes campagnes permettent de dégager les grandes phases de l’évolution du corps de logis : une fortification initiale en brique dans le deuxième quart du 15e siècle, l’apparition d’un corps de logis au début du 16e siècle, une phase d’extension au cours de la première moitié du 17e siècle avec la transformation en château de plaisance. Ensuite, un retour progressif à un volume proche du bâtiment initial avec une dernière phase de transformation en maison de campagne au milieu du 18e siècle.