Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ma ville / Administration / Archives / Recherches / Histoire locale / Mouscron
Actions sur le document

Mouscron

En dépit de découvertes archéologiques remontant à l'époque romaine, notamment au Mont-à-Leux, Mouscron est cité pour la première fois en 1060. Son étymologie serait "mosscher-on, endroit marécageux couvert de mousse".

En 1066, le comte de Flandre attribue à la collégiale Saint-Pierre de Lille des terres à Mouscron. L'autel de Mouscron, à l'origine de la paroisse, appartint d'abord à l'abbaye Saint-Barthélemy de l'Eeckhout à Bruges qui, par échange, le céda en 1149 à l'abbaye Saint-Martin de Tournai avec une partie des dîmes dont le chapitre cathédral de Tournai était également détenteur.
Mouscron suivit toutes les tribulations de la châtellenie de Courtrai dont elle faisait partie et fut donc française entre les traités d'Aix-la-Chapelle en 1668 et de Nimègue en 1678 et revint aux Pays-Bas après Utrecht en 1713.

Trois seigneuries importantes se partageaient Mouscron :
• celle de Mouscron relevant de la cour féodale d'Harelbeke,
• le fief du Val dépendant de Warcoing
• la seigneurie de Saint-Pierre de Lille.

La seigneurie de Mouscron s'étendait sur plus des trois quarts de la paroisse et appartenait aux seigneurs d'Audenarde, une branche cadette de la maison de Louvain. Béatrice de Louvain vendit Mouscron en 1332 à Bernard de la Barre, un bourgeois de Tournai.
En 1592, le domaine passa par mariage aux de Liedekerke. Un de ceux-ci, Ferdinand, reçut en 1627 le privilège de voir sa seigneurie érigée en comté par le roi d'Espagne Philippe IV. En 1645, faute de descendance directe, Mouscron tomba aux mains des Basta. Un nouveau mariage la transféra aux Marquis d'Ennetières en 1682. Cette famille s'éteignit en 1875.

La seigneurie de Mouscron, qui n'était qu'un ensemble de terres et fiefs au XIVe s., eut son château vers 1430, suite à la confiscation de la ferme des Ramées transformée alors en demeure seigneuriale, aujourd'hui le Château des Comtes.

Ses détenteurs acquirent progressivement tous les fiefs situés sur la paroisse dont celui du Val en 1481.

Comme toute la région, Mouscron fut marqué par les guerres de la fin du XVe s. et subit les ravages de la garnison de Tournai. Les guerres de religion de la fin du XVIe s. permirent aux Hurlus de s'emparer brièvement du château en 1579. Dans la seconde moitié du XVIIe s., le village souffrit énormément des guerres de Louis XIV. En 1794 s'y déroula une bataille entre Français et Hanovriens. En dehors de l'occupation allemande lors des deux guerres mondiales, le dernier événement guerrier que vit Mouscron fut l'échauffourée du Risquons-Tout en 1848.

Jusqu'au milieu du XVIIIe s., Mouscron fut un village agricole où l'industrie textile prit seulement de l'extension quand Lille interdit en 1769 la fabrication du molleton, un tissu mélangé de lin et de laine, aux Roubaisiens et aux Tourquennois qui émigrent alors vers les Pays-Bas autrichiens, à Mouscron notamment où cette fabrication est autorisée depuis 1758.

Armoiries (*)

Armoirie MouscronLa description des armoiries de Mouscron est la suivante : écartelé aux 1 et 4 de gueules au chevalier armé de toutes pièces d'azur monté sur un cheval cabré d'argent et brandissant une épée du même, aux 2 et 3 d'argent à la barre hérissée de flammes de gueules; sur le tout, d'or à l'aigle bicéphale de sable, becquée, languée, membrée et diadémée de gueules, surmonté de la couronne impériale.

  

  

Celle du drapeau est "blanc à la barre hérissée de flammes".
Famme

Entre 1800 et 1815, l'activité textile prit encore plus d'importance et s'ouvrit au coton. A partir de 1850 environ, le besoin de main d'oeuvre dans le nord de la France attira quantité d'ouvriers flamands à Mouscron. Puis, vers 1890-1900 et entre les deux guerres mondiales, des patrons français investissent sur place et construisent surtout des filatures et des usines de tapis, ce qui fixe une partie des très nombreux frontaliers du côté belge de la frontière et permet encore à Mouscron de garder une place déterminante au point de vue économique.

Cette expansion modifia radicalement le visage du village rural traditionnel, surtout entre 1919 et 1939 quand des quartiers urbains entiers surgissent d'un bloc, exigeant une nouvelle structure socio-culturelle. L'agglomération de Mouscron ne forme plus aujourd'hui qu'une conurbation avec la métropole du nord de la France.

Essentiellement francophone (94% en 1846, 74% en 1947), Mouscron fut rattaché au Hainaut en 1963, devenant la première ville du Hainaut par le nombre de ses habitants avant les fusions de communes de 1977.

En quelques dates

1066
Le comte de Flandre Baudouin V donne à l'église collégiale Saint-Pierre de Lille des immeubles situés à Mouscron ; ces biens sont à l'origine de la seigneurie de Saint-Pierre de Lille à Mouscron.

1149
L'abbaye Saint-Barthélemy de l'Eeckhout à Bruges cède au monastère de Saint-Martin à Tournai l'autel de Mouscron, c'est-à-dire le droit de désigner le curé et de lever la dîme.

19 janvier 1333
Béatrice de Louvain vend la seigneurie de Mouscron à Bernard de la Barre, bourgeois de Tournai ; ses descendants directs détiendront cette seigneurie jusqu'en 1592.

27 mai 1516
Entre Lille et Courtrai, le roi de Castille et futur empereur Charles Quint s'arrête pour dîner au château de Mouscron.

12 octobre 1627
La seigneurie de Mouscron est érigée en comté par le roi d'Espagne Philippe IV au profit de Ferdinand-Georges de Liedekerke.

21 septembre 1758
Le Conseil de Finances des Pays-Bas autrichiens accorde un octroi en faveur des fabricants de molleton de Mouscron, point de départ de l'industrie textile locale.

29 avril 1794
Préfiguration des batailles de Tourcoing (18 mai) et de Fleurus (26 juin) qui livrent les Pays-Bas à la France, le combat de Mouscron voit la victoire des troupes révolutionnaires françaises sur les armées alliées commandées par le général Clerfayt.

29 mars 1848
Lors de l'échauffourée du Risquons-Tout, un détachement de l'armée belge sous le commandement du général Fleury repousse une troupe de révolutionnaire franco-belges s'apprêtant à envahir la Belgique.

13 juillet 1890
Témoin de la prospérité mouscronnoise et fruit du consensus des notables locaux, l'édifice néo-gothique qu'est l'hôtel de Ville est inauguré officiellement.

10 juillet 1953
A l'instigation de Léon maes, le musée de Folklore est institué par le Conseil Communal.

1er septembre 1963
Aboutissement de l'aspect local de la question linguistique, Mouscron quitte la province de Flandre Occidentale pour être rattachée à la province de Hainaut et partant à la Wallonie ; à cette occasion, elle s'offre un petit accroissement territorial aux dépens de la commune voisine de Rekkem.

1er janvier 1977
Mouscron fusionne avec les communes limitrophes de Luingne, Herseaux et Dottignies ; la nouvelle entité garde le nom de Mouscron.

20 mars 1986
Une loi accorde le titre de ville à la commune de Mouscron qui en usait officieusement depuis plus d'un siècle.

18 décembre 1991
L'arrêté de l'Exécutif de la Communauté française reconnait à la ville de Mouscron l'usage d'armoiries particulières, d'un sceau et d'un drapeau.
 

(*) « Mouscron [Dottignies, Herseaux] », dans Armoiries communale en Belgique. Communes wallonnes, bruxelloises et germanophones, tome II, Bruxelles, Dexia, 2002, pp. 570-572.