Information

Communiqué - Incendie à l'entreprise Dely Wafels

Un important incendie s'est déclaré ce mercredi 17 octobre 2018, vers 12h30, au sein de l'entreprise Dely Wafels, rue de l’Abattoir, 33 à Mouscron. Une cinquantaine de pompiers de la ZS Wapi (Mouscron-Tournai-Antoing et Comines) et de la ZS Fluvia sont sur place sous les ordres du commandant Olivier Lowagie qui a été rejoint par Mme Brigitte Aubert, bourgmestre. On ne déplore aucune victime parmi les 35 ouvriers, employés et membres de la direction de l’entreprise qui a été complètement détruite et dont les décombres seront rasés par souci de sécurité. Grâce aux conditions climatiques favorables, le nuage de fumée a pu s’élever très haut évitant ainsi l’incommodation du voisinage et le confinement des habitants proches. Les entreprises voisines n’ont pas été impactées. La situation est complètement sous contrôle. La rue de l’Abattoir restera fermée à la circulation le temps de l’évacuation des débris et de l’achèvement de l’extinction de l’entreprise.

Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Ma ville / Administration / Environnement / Actualités / Quartier libre - ciné débat à Mouscron
Actions sur le document

Quartier libre - ciné débat à Mouscron

L’habitat alternatif ou « léger », comme les yourtes ou roulottes, séduit de plus en plus d’habitants en Belgique. Mais est-ce légal ? Et l’habitat léger pourrait-il être une piste de réponse à la pénurie de logement ?

 

cine debat mouscron

En Wallonie, le récent Code du Développement Territorial (CoDT ) n’évoque pas l’habitat léger en tant que tel. Par contre, un décret récent parle de la création d’un nouveau type de zone : les « zones d’habitat vert ». Celles-ci permettraient de régulariser la situation de l’habitat permanent en zone de loisir, c’est-à-dire les personnes qui vivent à l’année dans des campings « résidentiels ». Et le Code du Logement Wallon reconnaît « l’habitation qui n’est pas un logement » pour soustraire l’habitat léger aux obligations de salubrité liées au logement et permettre de donner des aides spécifiques. L’intention est plutôt de légaliser la situation des gens du voyage et des habitats permanents en zone de loisir.

Une reconnaissance juridique de l’habitat léger permettrait de définir les droits et les obligations pour ses habitants. Cette reconnaissance est nécessaire pour :

  • préciser le cadre dans lequel on peut (ou non) construire et habiter en habitat léger ;
  • exercer pleinement ses droits civiques et sociaux ;
  • définir des responsabilités et des règles spécifiques et adaptées de vie en collectivité (salubrité, impact paysager, rejets des eaux usées, etc.).

 

Bref, il y a de quoi débattre…

Nous espérons donc vous rencontrer lors de cette soirée, qui commencera par la diffusion du film « Quartier Libre » pour en discuter.

Sous mots clés standards